Bilan : ce que j’ai appris grâce aux 60 jours sans gluten

J’ai terminé mon défi de suivre un régime sans gluten pendant 2 mois ! Le but de ce défi était de vérifier si j’avais une sensibilité au gluten. Il est maintenant grand temps de vous faire un bilan ce cette expérience.

Suis-je sensible au gluten ?

La réponse est non. Le résultat de cette petite expérience ne montre aucun signe de sensibilité au gluten. Pour vérifier cela, j’ai introduit le gluten, au bout de 60 jours, sous la forme de porridge aux flocons d’orge. J’ai ensuite attendu une journée pour observer l’apparence de symptômes. Et… rien ! Le lendemain, j’ai à nouveau mangé ce porridge au petit déj. Et… toujours rien ! J’ai attendu quelques jours avant de réintroduire le gluten du blé (sous forme de pain cette fois.  Roooh le pain comme tu m’avais manqué !). Pas de réaction au blé non plus. Hallelujah ! Zéro changement au niveau de la digestion, du transit intestinal, de la concentration, de l’humeur, de la peau etc. Zéro réaction au gluten. Je conclus donc que je ne suis pas sensible au gluten.

Quels changements observés pendant le régime sans gluten ?

Je ne vais pas le nier, j’avais des grandes attentes par rapport à ce régime. J’espérais observer une amélioration de ma peau, de mon énergie, de ma capacité à me concentrer et de mon transit intestinal. De plus, j’étais quasi-sûre de perdre du poids grâce à ce régime.
En réalité, je n’ai ni perdu, ni pris de poids. Par contre, mon compagnon (qui m’a gentiment accompagné dans l’aventure) a perdu 3 kg lui ! Je n’ai pas non plus observé de changement au niveau de ma peau (quelle déception !). Au niveau de l’énergie et de la concentration, toujours rien !
En revanche, grâce à toutes les fibres que je mangeais, mes intestins allaient beaucoup mieux. Du fait que je cuisinais moi-même une grande partie de mes repas, je mangeais beaucoup plus de légumes – le rêve pour les intestins et tous les microbes qui y logent. Mon transit est passé d’un état très irrégulier et lent à quelque chose de normal. C’était un “effet secondaire” bien sympathique de ce défi.

5 choses que j’ai apprise grâce au régime sans gluten

1. Je ne suis pas sensible au gluten

Je ne regrette pas d’avoir fait ces deux mois sans gluten (même si c’était long). Maintenant que je sais que mes poussées de SpA ne sont pas provoquées par le gluten, j’ai un facteur stressant de moins dans ma vie !

2. Le gluten se cache partout

Je savais que le gluten était présent dans beaucoup de produits mais je n’imaginais pas à quel point ! Par exemple, savais-tu qu’il se cache dans la sauce de soja et la poudre à lever ? Certains restaurateurs utilisent également la farine de blé là où on ne s’attend pas – dans leur riz (wtf ?) ! Tout ça pour dire que je compatis vraiment avec les personnes qui n’ont pas le choix que de suivre ce régime sans gluten au vu de la difficulté de l’éviter.

3. C’est important d’expliquer les détails à tes proches avant de se lancer

Avant de commencer le régime sans gluten, il vaut mieux préciser à ta famille ce que tu ne peux pas manger. Cela te permet d’éviter des petits ratés, comme quand ton compagnon t’achète des sushis en pensant te faire plaisir (achète la sauce de soja sans gluten AVANT, c’est mieux !). N’oublie pas non plus d’expliquer tes restrictions alimentaires aux amis qui t’invitent pour manger. Si tu ne peux rien manger, tout le monde se sent mal…

4. Manger au resto n’est pas forcement le plus compliqué

J’ai fait quelques restaurants pendant le régime sans gluten et cela s’est plutôt bien passé. Il y a forcément moins de choix sur le menu mais on peut souvent prendre un plat à base de viande ou poisson avec des légumes en accompagnement. Il vaut mieux demander si le plat est sans gluten pour éviter des mauvaises surprises (comme un risotto avec de la farine dedans). Prévois aussi un plat suffisamment copieux, sachant que tu ne peux pas te venger sur le pain ou un moelleux au chocolat si tu n’es pas rassasié à la fin du repas.

5. J’ai peut-être une autre sensibilité

Mon menu hebdomadaire pendant ces 60 jours était assez répétitif. Pour pouvoir tenir deux mois, il fallait que je garde les choses simples. Je cuisinais donc plus ou moins la même chose d’une semaine à l’autre. Cette constance dans mon alimentation, m’a permise de facilement corréler des changements de ma digestion avec ce que je mangeais. J’ai ainsi découvert que certains désagréments digestifs étaient associés à un type de légume. Il faut maintenant que je fasse quelques expériences pour confirmer mon hypothèse (ah, j’adoore les expériences !).

Et maintenant, que vais-je faire ?

Je suis évidemment très contente de ne pas être sensible au gluten. L’élimination complète du gluten est quand même très contraignante dans la vie de tous les jours. Je dirais que le plus grand changement que je vais faire, suite à ce régime, c’est d’arrêter de me donner mauvaise conscience à chaque fois que je mange du pain.

Pour des raisons purement nutritionnelles, je vais quand même essayer de garder ma consommation de pain à un niveau « raisonnable » (plus basse qu’avant le régime). Après tout, je me suis habituée à manger du fromage sans pain, ce serait bête de ne pas en profiter pour mieux manger.

A part cela, je ne vais pas changer mon alimentation. Je continue à manger équilibré. Idéalement (je dis idéalement puisque je n’y arrive pas tout le temps), chacun de mes repas est composé des protéines, de gras, des fibres et de légumes verts (autrement, pas de produit à base de farine de blé).

Et toi, quel est ton expérience avec le régime sans gluten ?

Si tu as des astuces pour bien réussir un régime sans gluten, partage-les dans les commentaires.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  • 0
Un commentaire Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.